On a toujours tendance à croire qu’acheter est plus intéressant que de louer. Mais, lorsqu’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que ce n’est pas si évident que cela. En effet, si l’achat peut constituer un bon investissement sous réserve de respecter certaines conditions, parfois, la location est de loin la meilleure solution.

L’achat: une rentabilité à long terme

Qui dit investissement immobilier dit également frais reliés à l’achat. Ces dépenses, qu’il convient d’intégrer dans le prix de revient du logement pour établir un calcul réaliste, sont des frais à amortir à long terme, afin de rentabiliser son investissement. L’achat d’une maison s’avère donc plus avantageux si vous n’avez pas de projet de revente dans les 5 à 6 premières années suivant l’achat. En effet, en plus de l’hypothèque et de l’assurance, l’acquéreur paie des frais d’évaluation, d’inspection, des frais de notaire, et de l’assurance hypothécaire. Cinq taxes sont également à acquitter lors de l’achat d’une propriété : la taxe de Bienvenue, la taxe de vente, la taxe sur la prime SCHL, la taxe municipale et la taxe scolaire. Sans oublier les divers travaux et branchements aux réseaux électrique, télévision et internet. Durant les premières années, on paie plus d’intérêts à la banque que l’on rembourse de capital et certaines clauses appliquent une pénalité pour remboursement anticipé au-delà d’un certain montant.

La location est une bonne solution lorsqu’on bénéficie d’un petit loyer

Avec l’essoufflement du nombre de nouveaux arrivants sur Montréal, le taux de vacance locative des maisons est en hausse, ce qui tend à faire baisser les prix de la location. Et les petits loyers incitent à louer plutôt qu’acheter. Dans ce cas, la formule la plus intéressante est la location, ce qui permet de sauver de l’argent pour éventuellement acheter un bien à plus long terme. En effet, lorsqu’on loue sa résidence principale à bas prix, que l’on habite un quartier où l’on n’a pas les moyens d’investir ou que l’on profite d’espaces de vie que l’on ne peut pas s’acheter, rien n’empêche d’opter pour un investissement locatif offrant une rentabilité intéressante.

L’achat d’une maison permet d’épargner et d’être vraiment chez soi

Passer de la location à l’achat, c’est bien souvent faire quelques sacrifices en matière de loisirs et voyages. Mais si l’on regarde le bon côté des choses, cette épargne forcée contribue à se constituer un patrimoine. En outre, être propriétaire permet d’être libre de faire ce que l’on veut dans sa maison, sous réserve bien entendu de respecter les règles d’urbanisme.

Louer en attendant que les prix baissent, une méthode qui fait ses preuves

Lorsque les prix de l’immobilier sont chers, il existe une technique qui consiste à rester locataire en attendant que les prix baissent. En général, cela permet d’en profiter pour sauver de l’argent et se constituer une mise de fonds. Seulement voilà, comme il arrive que lorsque les prix de l’immobilier diminuent, les taux bancaires aient tendance à grimper, il est indispensable de surveiller en permanence ces deux paramètres. Mais pour les acquéreurs qui investissent sans recourir à un prêt bancaire, c’est tout bénéfice !

Déterminer le ratio prix/loyer pour comparer l’achat à la location

Un autre critère permet de comparer objectivement les deux solutions : la détermination du ratio prix/loyer, c’est-à-dire le rapport entre le nombre de loyers et le prix d’achat de la maison. C’est également ce calcul qui est utilisé afin d’établir le rendement d’un bien dans le cadre d’un investissement locatif. Il est possible de déterminer ce ratio en se rendant sur le site de l’AMF qui dispose d’un calculateur permettant de comparer les deux formules .

Si l’ensemble de ces critères permet d’orienter son choix afin de rester dans le raisonnable, on ne peut nier que l’affectif pèsera dans la décision. Car si notre résidence principale correspond à un investissement, c’est avant tout notre lieu de vie, l’endroit où nous aimons nous retrouver au quotidien.

Partagez cet article :