Le blogue d'informations pratiques sur l'immobilier au Québec

Comment estimer une maison

Comment estimer une maison à sa juste valeur? Nos conseils!

Une maison est généralement plus complexe à évaluer qu’un appartement. Bien unique, elle présente toutefois une valeur qu’il est possible de déterminer en fonction de différents critères objectifs. Voyons de plus près ce dont il faut tenir compte afin de savoir comment estimer une maison.

Les critères de base : emplacement et volumes

Ce qui fait la valeur d’un bien, ce sont en premier lieu son emplacement et ses volumes. La maison est-elle située dans un quartier recherché ou au contraire peu demandé? Se trouve-t-elle à proximité des transports à pied? Le nombre de pièces, de chambres et de salles de bain ainsi que le nombre de pieds carrés de la maison sont également un critère primordial qui permet en outre de comparer les biens entre eux. Les meilleures références contribuant à déterminer la valeur d’une maison restent les prix de vente réels des transactions récentes réalisées dans le quartier. Pour les obtenir, il est possible de se renseigner auprès de son agent immobilier ou de consulter le registre foncier.

Lire la suite

Trouver un duplex à vendre à Montréal

Trouver un duplex à vendre : dans quels quartiers de Montréal?

Que l’on souhaite investir dans la pierre pour vivre dans le logement ou le louer, la question de l’emplacement fait partie des critères de base dans le choix d’un appartement. On trouve aujourd’hui de nombreux duplex à vendre sur Montréal, mais quels sont les quartiers où il est préférable d’acheter?

Griffitown, un marché en expansion

Cet ancien quartier industriel, en développement depuis plusieurs années, est le secteur détenant le record d’expansion sur toute l’île de Montréal. Pour répondre à la forte demande de logements, les promotions de tours d’habitation s’enchaînent. Son emplacement proche du centre-ville place définitivement ce quartier en bonne position tant pour les achats à titre de résidence principale des amateurs de modernité que les investissements locatifs.

Lire la suite

Comment valoriser votre appartement en demi sous-sol

Comment valoriser votre appartement en demi sous-sol ?

Plus abordable que les niveaux supérieurs, l’appartement en demi sous-sol n’a rien à envier aux condos des autres étages lorsqu’il est aménagé de manière appropriée. Quelques astuces permettent en effet d’amplifier sa luminosité et de le mettre nettement en valeur.

Utiliser des couleurs claires et oser le brillant

Lorsqu’on emménage dans un demi sous-sol, il est impératif de sélectionner des teintes claires pour peindre les murs. Les matériaux et les meubles doivent également être choisis dans des couleurs claires. Adieu les canapés, fauteuils et salles à manger sombres. La pierre blanche, le tapis de jute beige ou le bois blond créent une atmosphère chaleureuse dans le logement tout en permettant de gagner en clarté. Les tons clairs s’imposent également en ce qui concerne les revêtements de sol. Les parquets beiges ou crème illuminent le logement. On peut même oser un plancher avec un fini lustré si l’on souhaite jouer la carte de la brillance maximum dans l’appartement.

Lire la suite

Pourquoi faire le saut de devenir propriétaire pour louer

Pourquoi faire le saut de devenir propriétaire pour louer ?

Qui n’a jamais envisagé un jour de devenir propriétaire pour louer son logement ? Lorsque l’on a de l’argent à investir et que l’on possède déjà sa résidence principale, l’investissement locatif est un placement qui semble évident. Mais, outre la constitution d’un patrimoine, il existe de multiples raisons pour investir dans un bien locatif, comme générer une source de revenu régulier ou diminuer son imposition.

Se constituer du patrimoine

La pierre a toujours été et restera une valeur refuge. Que l’on soit déjà propriétaire de son logement ou pas, ce ne sont pas les occasions qui manquent d’acquérir un bien dans le but de le louer. Par exemple, il est fréquent de trouver une affaire à un prix intéressant, mais trop loin de son travail ou présentant une surface trop petite pour son foyer. Certes, le bien ne convient pas pour son propre usage, mais s’il peut dégager une belle rentabilité, son achat est à considérer. Devenir propriétaire pour louer peut également être le moyen de commencer à bâtir son patrimoine même lorsqu’on n’a pas la capacité d’emprunt pour acheter sa résidence principale. Et il n’est pas rare de voir une banque accorder un autre prêt pour un second achat locatif lorsque les remboursements du premier emprunt se passent bien. Sans être un professionnel de l’immobilier, il est ainsi possible de bâtir un patrimoine immobilier au fil du temps, que l’on pourra transmettre à ses proches.

Lire la suite

Quel budget prévoir pour acheter une maison à Montréal

Quel budget prévoir pour acheter une maison à Montréal ?

On le sait, acheter une maison à Montréal coûte plus cher qu’ailleurs au Québec. D’autant plus que les prix ne baissent pas, car le marché se resserre, le nombre mensuel de transactions augmentant par rapport à l’an dernier. Selon la SCHL, le prix des propriétés a atteint des niveaux jugés élevés par rapport aux facteurs démographiques. Mais que cela signifie-t-il concrètement pour les acquéreurs désireux d’acheter une maison à Montréal, quel budget faut-il prévoir ?

Les prix varient en fonction du quartier

Avec ses 364 km2, Montréal est une ville immense qui abrite des quartiers différents. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les prix des maisons varient fortement d’un endroit à l’autre. Les quartiers les plus côtés sont en premier lieu le centre-ville, puis Ville-Marie, Plateau-Mont-Royal, Sud-Ouest, Île-des-Sœurs, Rosemont–Petite-Patrie, Villeray, Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (appelé également HoMA) et Ville Saint Laurent. On peut trouver une maison de 3 chambres, 1 300 pieds carrés sur Rivière-des-Prairies pour moins de 200 000 $. Mais une maison comparable sur Ville-Saint-Laurent, rue Kauffmann, par exemple, vaut 340 000 $. Et sur Mont-Royal, il faudra débourser au bas mot 600 000 $ pour se payer une maison de ville offrant les mêmes caractéristiques.

Lire la suite

Comment se déroule la cession de bail d'un logement résidentiel?

Comment se déroule la cession de bail d’un logement résidentiel?

Lorsque l’on désire quitter son logement avant la fin de son bail, on a soit la possibilité de le sous-louer, soit celle de le céder si l’on ne veut pas payer le loyer d’un logement inoccupé jusqu’au terme du contrat. Si la sous-location est parfaitement adaptée pour les locataires désirant quitter temporairement leur logement, la cession de bail constitue en revanche la solution idéale pour les personnes souhaitant partir définitivement. Quelles sont les étapes à respecter afin de mettre en place la cession de bail d’un logement résidentiel?

Aviser le locateur

Afin de céder son bail, il convient en premier lieu d’aviser son locateur par écrit. La loi impose de respecter certaines formes et notamment d’indiquer :

  • le nom et l’adresse de la ou des personnes intéressées au logement
  • la date de cession de bail envisagée.

Rien n’interdit de fournir également d’autres renseignements à condition d’obtenir au préalable le consentement du candidat cessionnaire.
L’avis doit en outre détenir une preuve de transmission : le locataire peut envoyer la lettre en courrier recommandé ou la remettre en mains propres en demandant un accusé de réception. Comme la loi impose au locateur de répondre dans un délai de 15 jours à compter de la réception de l’avis de cession de bail, et que sans réponse de sa part, il est réputé l’avoir accepté, il est en effet absolument primordial de donner date certaine à la réception de la lettre.

Lire la suite

Comprendre ce que sont les frais de condo en 5 points

Comprendre ce que sont les frais de condo en 5 points

Les frais de condo sont les charges appelées par le syndicat de copropriété auprès des copropriétaires afin de payer les dépenses communes de la copropriété. Celles-ci concernent essentiellement l’entretien du terrain et des parties communes de l’immeuble et pour 5 % au minimum le Fonds de prévoyance.

1. Les frais de condo ne se répartissent pas uniquement sur la surface habitable

Même s’ils entrent dans le calcul des clefs de répartition des charges, le nombre de logements ou la surface habitable ne sont pas les critères qui servent de base pour répartir les frais de condo. En effet, conformément à la loi, les charges communes sont réparties en fonction de la valeur relative de la fraction d’un copropriétaire, qui est le seul mode de répartition possible. La valeur relative d’une fraction déterminée est exprimée dans la déclaration de copropriété sous forme de pourcentage ou de fraction et correspond à la valeur d’un lot par rapport à l’ensemble de l’immeuble. Elle est calculée sur la base de ses dimensions, mais également de sa nature, de sa destination et de sa situation.

Lire la suite

Vendre sa maison sans agent

Vendre sa maison sans agent : avantages et inconvénients

Lorsque l’on met sa maison en vente, la question de faire intervenir un courtier ou de vendre sa maison sans agent se pose inévitablement. Si chaque formule présente ses propres avantages et inconvénients, l’essentiel est de savoir à quoi s’attendre dans les deux cas afin de prendre une décision éclairée.

Quels avantages a-t-on à vendre sa maison sans agent?

  • Éviter de payer une commission : la première chose qui motive les vendeurs à vendre par eux-mêmes est de sauver de l’argent en évitant de payer une commission, qui représente tout de même au Québec 4 % à 7 % du prix du bien.
  • Contrôler la commercialisation de sa maison : on le sait bien, les agents immobiliers organisent des parcours de visites, c’est-à-dire qu’ils présentent aux acquéreurs potentiels en moyenne trois maisons par rendez-vous. Il s’agit d’une technique qui permet d’engager d’ores et déjà l’acquéreur dans une démarche de choix, préalable à l’offre, car celui-ci fera inévitablement un classement des biens visités. Ce parcours n’est pas forcément à l’avantage du vendeur dont le bien peut finalement servir à faire vendre les autres maisons du catalogue de l’agent plutôt qu’à se vendre lui-même.
  • Être libre de mettre en vente sa maison sans condition : tous les contrats de commercialisation, qu’ils soient exclusifs ou non, comportent des clauses d’irrévocabilité. Or, lorsque la relation avec l’agent immobilier ne se passe pas très bien ou que le vendeur regrette d’avoir consenti une commercialisation exclusive, il n’est pas toujours possible de mettre fin au contrat rapidement.

Lire la suite

Trouver des locataires sérieux

Comment trouver des locataires sérieux pour votre propriété ?

Avec un marché locatif qui se porte plutôt bien du fait de la rareté des logements disponibles, les propriétaires de locations situées au Québec n’ont pas vraiment de souci à se faire pour trouver des locataires. Mais la quantité de candidats locataires ne garantit pas pour autant la qualité des profils. Quelles sont les méthodes permettant de sélectionner des locataires sérieux, qui non seulement paient leur loyer, mais adoptent également un comportement approprié?

Investissez dans un bien de qualité et situé sur un secteur demandé

Une des manières d’attirer de bons locataires consiste à détenir un bien entretenu et situé dans un immeuble de qualité, offrant une panoplie de services et de commodités. Ce type d’investissement, situé sur un secteur en demande, garantit non seulement d’échapper au risque de vacances locatives, mais assure également des bonnes conditions de revendre le logement dans de bonnes conditions.

Lire la suite

Comment calculer l’augmentation de loyer

Comment calculer l’augmentation de loyer ?

Tout comme les autres modifications du bail, l’augmentation du loyer est réglementée par le Code civil du Québec. Chaque hausse de loyer doit être précédée de l’envoi d’un avis écrit au locataire un à six mois avant le terme du bail, le préavis étant différent en fonction de la durée du contrat. Mais comment calcule-t-on une augmentation de loyer puisqu’il n’existe pas de taux fixe ?

Se baser sur les taux d’ajustement de loyer publiés par la Régie du logement

Chaque année, la Régie du logement publie des taux d’ajustement recommandés. En 2016, par exemple, elle préconisait une augmentation de loyer de 0,4 % pour les logements non chauffés et 0,7 % pour les loyers incluant le chauffage. Pourtant, selon l’avis de la CORPIQ, la Corporation des Propriétaires Immobiliers du Québec, cette hausse est bien loin de couvrir l’augmentation des taxes assumées par le propriétaire et la forte hausse des primes d’assurance des logements situés dans des condos. Comme ces taux correspondent à une moyenne et ne tiennent pas compte des spécificités de chaque logement, il convient de reprendre chaque charge afin d’intégrer l’augmentation du poste de dépense correspondant, et notamment la hausse de taxe municipale, de taxe scolaire ou encore d’assurance.

Lire la suite

Page 1 de 4