Aujourd’hui, l’offre de biens sur le marché immobilier est plus importante que plusieurs années en arrière. De quoi se sentir un petit peu perdu lorsqu’on souhaite acheter un loft bien situé. Voici quelques conseils permettant de trouver le parfait emplacement pour investir dans un loft en fonction de son budget et de ses objectifs.

Définir ses critères de recherche en fonction du type d’investissement

Selon que l’on achète un logement à titre de résidence ou de location, les critères de sélection sont différents. Car dès lors que l’on achète un loft pour y vivre, il est indispensable de déterminer ses priorités, à savoir le budget, la proximité des transports, du lieu de travail, des commodités, ou encore les volumes. Le logement est-il destiné à être revendu à court ou moyen terme ? Autant de questions à se poser afin d’orienter sa recherche vers un achat affectif ou plutôt vers un loft permettant une revente facile et rapide. Dans le cadre d’un investissement locatif, la rentabilité du bien et le choix d’une zone où l’offre de logements n’est pas surabondante deviennent des critères prioritaires.

Québec ou Montréal, un bon choix pour qui peut se le permettre

On peut par exemple faire le choix d’investir dans un loft sur Québec ce qui permet de miser sur la sécurité à de nombreux points de vue. Offrant des biens immobiliers présentant des prix stables, situés dans un cadre de vie agréable avec la perspective d’écoquartiers dans un futur proche, la ville de Québec constitue un investissement raisonnable et sécurisé pour un loft, que celui-ci soit destiné à un usage d’habitation principale, secondaire, ou à but locatif. Valeur sûre, le loft québécois présente peu de risques de moins-value à la revente et selon les prévisions de la Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement, les prix devraient accuser une faible baisse sur les prochaines années. Les logements se louant plus cher à Haute-Ville, il convient en toute logique de rechercher d’abord dans ce quartier si l’on souhaite investir pour louer dans la capitale de la province du Québec.

Une autre option consiste à opter pour Montréal, qui demeure une ville chère pour la province, mais abordable comparativement à Ottawa, Vancouver ou encore Toronto. Pour les investisseurs en mesure de s’offrir un loft dans la métropole principale du Québec, idéalement située à proximité des grands centres urbains nord-américains, le jeu en vaut la chandelle puisque les biens immobiliers sont amenés à croître au fil des ans tandis que les prix des produits de consommation restent parmi les moins chers du Canada.

Les villes moyennes pour les budgets plus serrés

Si l’on dispose d’un budget limité, il est préférable de se tourner vers des villes moins chères comme Gatineau, Granby ou Sherbrooke qui proposent un cadre de vie agréable avec des espaces verts et de nombreuses commodités. Les biens y restent abordables puisqu’on peut trouver un loft en bon état général et offrant de grands volumes à 150 000 $. Alors que la plupart des villes du pays voient monter leur taux d’inoccupation, Granby fait exception à la règle en passant de 3,5 % en 2015 à 3,1 % en 2016, et constitue une bonne opportunité si l’on envisage d’acheter un loft dans un but locatif. À Sherbrooke, c’est le marché des transactions qui se portent bien, les prix ayant augmenté de 3,2 % entre juillet 2015 et juillet 2016, ce qui en fait un endroit idéal pour investir dans un loft à titre de résidence. Quant à Gatineau, la Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement prévoit que le marché de la revente poursuivra son élan sur les années à venir.

Choisir où acheter son loft n’est pas chose facile. Toutefois, en se basant sur ses priorités, son budget ainsi que l’usage du bien à acquérir, on peut déterminer l’emplacement parfait pour son loft.

Partagez cet article :