Que l’on soit Montréalais pur souche ou immigrant, la question revient sans cesse pour tout habitant désirant s’installer à Montréal dans l’un de ses 88 quartiers et 19 arrondissements : quel coin privilégier ? Certains quartiers ont bien changé …

Hochelaga-Maisonneuve : échec après échec, la réussite enfin !

Le Centre de recherche sur la ville, antenne Université du Québec à Montréal (UQAM) du Réseau Villes Régions Monde, a entièrement consacré son colloque du 375e aux « enjeux et défis d’une ville en mutation ». Montréal est aujourd’hui considérée dans le monde comme un véritable laboratoire de recherche sur la ville.

Le cas de Hochelaga-Maisonneuve est symptomatique de Montréal, où après de nombreux échecs de réhabilitation il semblerait qu’une formule magique soit enfin sur la voie de la réussite de la mutation de quartiers difficiles.

S’installer à Montréal dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve n’est aujourd’hui plus perçu comme une aventure risquée, avec l’arrivée de promoteurs décidés à embrasser les défis d’une ville en pleine mutation.

Saint-Michel : où souffle le chaud et le froid

La revue européenne Cybergeo a publié en 2017 une étude complète sur les mutations du quartier péricentral de Saint-Michel à Montréal durant plus d’un demi-siècle. Elle fait suite à un article de Radio Canada daté d’août 2015 consacré aux transformations du Complexe Environnemental Saint-Michel.

Ancienne carrière au XIXe siècle, devenue dépotoir en 1968, finalement fermée en 2000, cette zone a fait l’objet d’une attention très particulière jusqu’à notamment accueillir La Cité des Arts du Cirque (Tohu) où se développent les activités du Cirque du Soleil.

Le maire Denis Coderre a déclaré vouloir pour Montréal son « Central Park » à l’image de New York. Résultat, le Complexe Environnemental Saint-Michel a été présenté comme exemple de « bonne pratique » à l’Exposition Universelle de Shanghai en 2010.

Au fil du temps, Saint-Michel est devenu un quartier multiethnique, tremplin pour les immigrants et symbole international d’un métabolisme urbain. Longtemps décrié pour des problèmes d’insécurité, Saint-Michel est l’exemple type d’un quartier en pleine mutation. Pour s’en convaincre, il suffit de demander l’avis de ceux qui y ont vécu plutôt que de s’en tenir aux titres tapageurs des journaux.

Le quartier de Verdun : finie la sécheresse !

Une loi vieille de 1875 interdisait l’implantation de bars dans le quartier connu sous le sobriquet moqueur de « Verdun sec ». Après avoir été finalement abolie récemment, les bars ont timidement commencé à fleurir, suivis de condos neufs qui transforment petit à petit le quartier.

Situé face à l’Île des Sœurs et bien qu’un peu excentré, Verdun bénéficie de stations de métro et de deux pistes cyclables majeures (le long du canal Lachine et une autre le long du le fleuve). Ses rangées de multiplex caractérisent l’urbanisation de cet arrondissement fortement peuplé de Madelinots.

Entre le Golf de L’Île-des-Sœurs et le Parc des Rapides, Verdun offre un cadre de vie exceptionnel et ne manque pas d’arguments pour s’installer à Montréal dans un environnement privilégié.

Le QI de Montréal : cocktail d’intelligence et de tendance

Né d’un désir universitaire et non politique, comme aime souvent le rappeler son directeur général, le Quartier de l’innovation (QI) a reçu en 2016 le premier accessit au Grand Prix de l’innovation urbaine.

Ancien berceau de la révolution industrielle du Canada, transformé en ville fantôme après la fermeture, en 1970, du canal de Lachine, cette zone a été revitalisée par l’implantation du campus de l’ÉTS et de la Cité du multimédia. Elle s’est mutée en un quartier branché avec l’arrivée de jeunes cadres, d’artistes, de start-up et de chercheurs.

Officialisé en 2013, le QI de Montréal a développé son propre écosystème où innovation et développement durable sont les maîtres-mots. Habitants de longue date ou néorésidents y sont des participants actifs dans le projet.

Partagez cet article :