Vous l’imaginez, le prix de vente affiché pour la vente de votre bien influence le déroulement, mais aussi le résultat de votre vente immobilière. En effet, un prix fixé avec précision par rapport à certains critères permettra que votre vente soit rapide, mais aussi que vous obteniez un prix satisfaisant sur votre propriété. D’un autre côté, si votre prix est mal évalué, qu’il soit trop haut ou trop bas, votre vente immobilière sera longue ou alors votre bien perdra de sa valeur et votre bénéfice sera décevant.

Fixer le prix de façon rationnelle et objective

Comment ne pas sous-estimer ou surestimer ? Estimer un bien immobilier à sa juste valeur peut être tâche difficile pour les propriétaires, car celui-ci peut avoir un point de vue émotionnel et affectif envers son bien. Choisir le bon prix est cependant d’autant plus important que les acheteurs éventuels peuvent être mieux renseignés que vous. Même si tous les acheteurs potentiels ne sont pas forcément des pro de l’immobilier, lorsqu’une personne cherche un bien, il aura tendance à éplucher, visiter et comparer de nombreux biens sur le marché. Il saura donc si votre bien est aligné sur les prix actuels ou non ! 

Ne pas miser sur une négociation du prix

Penser surestimer le prix de votre bien par rapport au marché en misant sur une négociation du prix est une mauvaise stratégie de vente. Premièrement, un prix fixé de façon juste ne sera pas négocié par un acheteur potentiel, car celui-ci pourrait avoir peur de laisser passer le bien. Deuxièmement, un prix surestimé pourrait attirer la mauvaise cible d’acheteurs, ceux avec qui vous perdriez votre temps, pour qui vous feriez des visites alors que leurs attentes seront supérieures aux points les plus forts de votre bien. À la vue de ces manquements, ces acheteurs vont alors avoir tendance à négocier le prix beaucoup plus que vous ne l’auriez imaginé et soit se détourner de votre bien soit vous faire perdre la plus-value désirée si vous acceptez leur prix. En somme, il vous faut fixer un prix réaliste pour gagner du temps, mais aussi pour gagner de l’argent ou ne pas en perdre …

L’analyse du marché et l’approche comparative 

En prenant connaissance d’un échantillon de bien vendu et similaire au vôtre, vous pouvez trouver la plus proche valeur de votre bien à vendre. Pour ce faire, commencez par regarder le prix des logements mis en vente dans le même quartier que le vôtre, ainsi que les caractéristiques principales de ces propriétés. S’il existe des biens presque identiques au vôtre proposés à des prix plus bas, vous pouvez alors imaginer que le vôtre aura moins de chance d’attirer les acheteurs potentiels. Pour estimer le prix de vente actuel de votre propriété, il ne suffit cependant pas de regarder le prix de vente des biens dans votre rue ou dans votre quartier. En effet, dans une même rue, le prix de vente d’un bien peut fortement varier en fonction de nombreux critères. Faisons le point, car plusieurs critères entrent en compte : 

  • Le prix d’achat de votre bien durant l’année de son acquisition et l’évolution du prix de l’immobilier depuis cette date;
  • Observez le marché concurrentiel et demandez-vous quels sont les biens similaires au vôtre par rapport au volume, à la superficie, à la qualité ou encore aux agréments. Enfin, demandez-vous à quel prix sont-ils présentés ?
  • Observez le marché : est-il en pénurie ou surchargé ? Cela est nécessaire afin de savoir si votre bien peut se vendre plus ou moins cher par rapport aux dernières ventes similaires. 
  • Pointez les points faibles de votre propriété : travaux à faire, état des parties privées comme des parties communes de l’immeuble, vis-à-vis, vie de quartier, etc.
  • Pointez ensuite les points forts comme l’emplacement, la luminosité, la terrasse, un parking, etc. 
  • Pensez au profil de l’acheteur idéal en pensant que plus la cible est restreinte plus le prix devra être restreint. Votre acheteur pourrait-il être une personne âgée autant qu’un couple avec des enfants en bas âge ? Votre appartement est-il mansardé, accessible par ascenseur ? 

Ne pas agir dans l’urgence

Êtes-vous dans une décision urgente de céder votre propriété ? Si c’est votre cas, sans trop baisser le prix de votre bien, vous devez alors quand même le placer comme le bien le plus intéressant comparément aux éléments concurrents. Dans ce cas, vous pouvez tenter un prix fort seulement si votre bien est de qualité et susceptible d’attirer des clients qui auront envie de se faire plaisir. À contrario, si vous n’êtes pas pressé, il ne faut pas non plus rester des mois dans l’erreur. Si un bien reste trop longtemps en vente, c’est en effet que son rapport qualité-prix n’est pas reconnu par les acheteurs et cela aura un effet très néfaste. 

Un bon prix de vente attire l’oeil de beaucoup d’acheteurs qui visiteront et feront des offres !

Partagez cet article :