Lorsque l’on met sa maison en vente, la question de faire intervenir un courtier ou de vendre sa maison sans agent se pose inévitablement. Si chaque formule présente ses propres avantages et inconvénients, l’essentiel est de savoir à quoi s’attendre dans les deux cas afin de prendre une décision éclairée.

Quels avantages a-t-on à vendre sa maison sans agent?

  • Éviter de payer une commission : la première chose qui motive les vendeurs à vendre par eux-mêmes est de sauver de l’argent en évitant de payer une commission, qui représente tout de même au Québec 4 % à 7 % du prix du bien.
  • Contrôler la commercialisation de sa maison : on le sait bien, les agents immobiliers organisent des parcours de visites, c’est-à-dire qu’ils présentent aux acquéreurs potentiels en moyenne trois maisons par rendez-vous. Il s’agit d’une technique qui permet d’engager d’ores et déjà l’acquéreur dans une démarche de choix, préalable à l’offre, car celui-ci fera inévitablement un classement des biens visités. Ce parcours n’est pas forcément à l’avantage du vendeur dont le bien peut finalement servir à faire vendre les autres maisons du catalogue de l’agent plutôt qu’à se vendre lui-même.
  • Être libre de mettre en vente sa maison sans condition : tous les contrats de commercialisation, qu’ils soient exclusifs ou non, comportent des clauses d’irrévocabilité. Or, lorsque la relation avec l’agent immobilier ne se passe pas très bien ou que le vendeur regrette d’avoir consenti une commercialisation exclusive, il n’est pas toujours possible de mettre fin au contrat rapidement.

Quels sont les inconvénients à vendre sa maison sans agent?

  • Risquer d’afficher sa maison trop cher : possédant des références réelles de prix de vente de biens comparables, en termes de style, de quartier et de volumes, les agents immobiliers savent estimer la valeur vénale des maisons qu’ils commercialisent. Les particuliers, au contraire, se réfèrent trop souvent aux prix d’affichage qu’ils constatent, qui se situent en général loin des prix du marché. En outre, le lien affectif avec le bien leur fait perdre toute objectivité lorsqu’il s’agit d’estimer la valeur de leur maison. Ciblant mal les acquéreurs potentiels, ils présentent leur bien à des personnes possédant un budget supérieur et recherchant de ce fait une maison d’une autre gamme.
  • Perdre un temps précieux : commercialiser sa maison soi-même demande beaucoup de temps. En effet, une fois l’annonce passée, le téléphone peut sonner sans arrêt et les visiteurs défiler dans la maison. L’agent immobilier, qui a effectué une démarche de découverte des clients et vérifié leur financement, limite les visites et les appels, car il ne présente que des acquéreurs potentiels ciblés.
  • L’agent immobilier connaît les tendances du marché : le courtier sait quelles sont les demandes «du moment» de la clientèle, et ce qui plaît ou rebute. Il peut conseiller au vendeur de faire quelques travaux de rafraîchissement afin de mettre en valeur la maison, détecter le potentiel d’un bien et le suggérer au client, voire lui montrer des photos ou des biens ayant fait l’objet d’une transformation comparable.
  • Le courtier facilite la négociation : négocier directement avec l’acquéreur en face de soi peut s’avérer difficile. C’est en effet dans ce type de situation que l’on en arrive à faire trop de concessions ou au contraire d’arriver à une situation de blocage voire de rupture en cas de désaccord. L’agent qui est rémunéré à la commission et bénéficie d’un détachement émotif par rapport va, quant à lui, tout mettre en œuvre afin de faire aboutir la négociation.

Commercialiser sa maison n’est jamais chose facile : on se sépare du bien qui a le plus de valeur dans notre patrimoine et avec lequel on partage, en outre, une histoire. Aussi est-il important de bien connaître les avantages et inconvénients des deux formules avant de décider de vendre sa maison avec ou sans agent.

Partagez cet article :